Keep up to date with every new upload!

Join free & follow Étonnants Voyageurs
Share
Le roman de la ville

Le roman de la ville

Villes- monde, villes-monstres, villes-lumières (souvent les mêmes), lieux de perdition et lieux de renaissance, lieux de destruction des identités et d’invention de civilités nouvelles, l’un n’allant pas sans l’autre, lieu même de l’énigmatique unité des ténèbres et de la lumière : n’est-ce pas comme la définition de l’espace même du roman, tissé de mille fils narratifs, bruissant de leurs entrecroi- sement, forme ouverte en perpétuel engendrement ? Cathi Unsworth, dans Bad Penny Blues, mêle réalité et fiction dans le Londres foisonnant de 1949, quand s’annoncent les swinging sixties, Ian Rankin, de livre en livre, a fait d’Edimbourg son espace romanesque, Mackenzy Orcel, dans une prose hallucinée, habitée, fait entendre la voix des sans-voix de Port-au-Prince (Immortelles, Latrines) et Diane Meur campe avec une rare puissance tout un monde imaginaire dans Les villes de la plaine.

Comments