Keep up to date with every new upload!

Join free & follow Sciences Po Hertz
Share
ScienceSports #5

ScienceSports #5

Tagged

#sport

Nouvelle édition de SCIENCESPORTS sur Sciences Po Hertz ! Toute l'actualité sportive décryptée par Elies Berkani et sa dream team. Au programme cette semaine :
- le parcours de la 100ème édition du Tour de France révélé,
- le Grand Débat : la F1, enjeux économiques, culturels et éthiques ?
- la sportive de la semaine : Serena Williams au Masters d'Istanbul,
- le goujat de la semaine : Johan Clarey sur Lindsay Vonn,
- le portrait de la semaine de Maria Sharapova,
- l'interview des Aixpertes et des Fennecs,
- sans oublier les petites phrases de la semaine, le top-flop, le quizz, le top 5... et la nouvelle rubrique de Marianne !

Bonne écoute !

Comments

Ghislain Van Haver

Emission impressionnante de fluidité, de pertinence et d’interactions : Continuez les gars, on s'inspire de vous depuis Toulouse !
#RadioGMT

Roc C
Roc C

Salut Elies,
Ton analyse est juste dans de nombreux points. Cependant, mais ce n'est que mon avis, tu oublies quelques points. N'oublie pas que même si c'est son intérêt principal, le TDF ne se limite pas à la course au maillot jaune ! En cela, les étapes corses (en dehors de la première) donneront lieu j'espère à de belles luttes pour la victoire d'étape. Et puis si effectivement le dicton qui veux que le tour ne se gagne pas sur une étape mais peut se perdre est vrai, je pense qu'on peut assister à de belles passes d'armes entre favori la 1ere semaine comme ce fut le cas en 2010 par exemple dans les Ardennes (souviens toi de l'escapade spectaculaire mais peut rémunératrice en terme de chrono de Schlek appuyé par Cancellara sur les pavés). De même les étapes permettant de rallier les Pyrénées seront autant d'occasions à bordure.
Sur la suite je te rejoins, les Pyrénées sont escamotés mais c'est une tradition du Tour de toujours faire la part belle au second massif abordé. Ensuite les étapes alpines taillées ainsi en troisième semaine, même en étant aussi courte seront meurtrière c'est sûr ;) Et puis surtout, c'est une bonne idée de mettre le dernier CLM avant les dernières étapes accidentées, les grimpeurs seront aiinsi forcés de passer à l'offensive.
Bref ne soit pas si pessimiste, et surtout effectivement avec n'importe quel tracé, ce sera aux coureurs (et aux directeurs sportifs oreillettes obligent) de faire la course ;)

Benoit Dourlhies

De toute façon, ce sont les coureurs qui font la course. Rendez-vous en Juillet!

Elies Berkani

Salut Romain !
Je pense que le parcours n'incitera pas à attaquer pour plusieurs raisons :
- Les étapes en Corse sont intéressantes mais on n'attaque jamais entre favoris lors de la première étape. Tout le monde est trop nerveux, ça ne permet jamais de faire des écarts et souvent, ça fait même perdre du temps. Dans ces étapes-là, on perd plus le Tour qu'autre chose.
- Deuxièmement, les Pyrénées se résumeront à une course de côte dans Ax-3-domaines : c'est insuffisant pour les purs grimpeurs pour faire des écarts avant le contre-la-montre du Mont-Saint-Michel.
- Les Alpes peuvent apporter quelque chose niveau attaques, là je te rejoins. Seulement, l'étape du Ventoux va se rouler vent de dos (puisque à 90% le vent vient du Nord en vallée du Rhône) jusqu'au pied du Ventoux, ne permettant pas d'user assez les faoris et encore une fois, course de côtes où tu ne feras pas d'énormes écarts.
- Derrière, il reste 3 grosses étapes : Mercredi 17 juillet: 17e étape - Embrun - Chorges, 32 km (contre-la-montre individuel) : ça va ni favoriser les rouleurs ni les grimpeurs, parce que c'est trop accidenté pour des rouleurs, mais pas assez pour des purs grimpeurs.
Jeudi 18 juillet: 18e étape - Gap - Alpe d'Huez, 168 km : là, on a une vraie étape. Mais là encore, c'est trop court : ce sont des pros et sur des étapes de montagne, en-dessous de 200 km les organismes ne sont pas assez usés pour permettre aux grimpeurs de rattrapper les écarts creusés en chrono.
Vendredi 19 juillet: 19e étape - Bourg-d'Oisans - Le Grand-Bornand, 204 km : celle-ci peut, avec l'accumulation faire des dégâts. on arrive après 3 jours difficile et sur 200 km, même si le grand-bornand n'est pas une arrivée difficile, ça peut jouer.
Derrrière il reste une étape de 125 km (!) avec arrivée type planche des belles filles, et l'étape peut être intéressante si ça roule très fort dès le début. Seulement, après 3 semaines de Tour, c'est pas évident !
Voilà Romain j'espère avoir répondu à ta question !

Roc C
Roc C

Elies pourrais tu développer pourquoi tu trouves que ce parcours n'incitera pas les coureurs à attaquer ? A mon sens c'est un des meilleurs de ces dernières années